Retour en fanfare chez Le Sel et Le Poivre…Une rentrée quelque peu retardée, il faut bien avouer.

Oui, je sais. Je vois dejà vos mines ébahies, vos yeux écarquillés : « il manque pas d’air, çui-là. Presque trois mois sans rien poster, tout de même.  Il voudrait pas qu’on lui déplie le tapis rouge, dès la rentrée… »

Et vous auriez raison. Certes, LSeLP reprend du service tardivement, mais pour la bonne cause. Et c’est d’abord pour mieux rebondir… Puis parce que je suis pris par la naissance de mon fils Antonin, le 11 juillet. Donc pas de doute , c’est une raison valable.

Pour autant, histoire de ne pas venir blogguer uniquement dans l’idée de me faire pardonner, voici une petite histoire culinaire glanée au détour d’une séance de surf.

L'Union Européenne s'est penchée sur nos très nationales cuisses de grenouilles. Autant dire tout de suite, un problème très franco-français, les « frogs », comme disent avec dégout nos voisins de la Verte Albion, étant principalement consommées dans l'Héxagone et en Asie (notamment en Thailande).

L'article publié sur le site www.fenetresureurope.com et intitulé « Gastronomie : l'UE s'occupe aussi des cuisses de grenouille », raconte que le Commission Européenne a décidé d'alléger les démarches administratives pour l'importation de cuisses de grenouilles. Très contrèment, les producteurs n'auront désormais plus qu'à founir un unique certificat sanitaire. Et ce, valable dans les 25 pays membres.

Une décision qui ravira les amateurs gastronomes de batraciens, leur met préféré devrait inonder le marché. Mais qui également devrait rendre sceptiques les puristes, l'importation massive pouvant nuire à la qualité. La directive prendra effet dès le 1er janvier 2006, et selon l'article, couvrirait également l'importation d'escargots.

Bref il faudra jeter un oeil averti sur les étales durant les prochaines fêtes de fin d'année.